mon-pays-fabrique-des-armes-FIGRA_2019

MON PAYS FABRIQUE DES ARMES

MON PAYS FABRIQUE DES ARMES

De Anne Poiret – 72 min | France – 2018

SALLE 3 - SAMEDI 16 MARS - 9H30

Image : Thibault Delavigne, Julien Mauranne, Frédéric Capron, Léo Monnet, Olivier Chambon
Montage : Françoise Bernard
Production : Talweg production
Avec la participation de France Télévisions et de LCP – Assemblée Nationale
Et le soutien du CNC, de la Procirep et de l’Angoa, de la Région Ile-de-France, de Brouillon d’un rêve de la Scam et du dispositif La Culture avec la Copie Privée.


SYNOPSIS

La France est devenue ces dernières années le troisième exportateur mondial d’armement. Pourtant, de ce fleuron industriel et des instances de l'État chargées de vendre nos armes, le grand public sait peu de choses. Notre pays exporte massivement vers le Moyen-Orient, notamment à l’Arabie saoudite. Au sein de l'État, qui arbitre lorsqu'il s'agit de vendre à des régimes suspectés de crimes de guerre ? Pourquoi nos exportations d’armes, qu’on dit si cruciales à l’emploi et au rayonnement de la France, restent-elles un angle mort du débat public ? Si en Europe la société civile réagit, en France, seule une poignée d'associations s'est emparée de la question, un blanc qui a toutes les couleurs d’un tabou.

MY COUNTRY MAKES WEAPONS
A film by Anne Poiret


In the past few years, France has become the world’s third largest weapons exporter. But the general public knows little about this industrial flagship, or about the State authorities in charge of selling these arms. Our country is massively exporting to the Middle East, and especially to Saudi Arabia. At State level, who arbitrates when it comes to selling to regimes suspected of war crimes? If weapons are so crucial to the French job market and to the influence of the country, why is this question a blind spot of the French public debate? While in other European countries, civil society reacts, in France, only a few associations do. Why such a taboo?

ANNE POIRET

Elle est une cinéaste et une journaliste d'investigation installée à Paris. En 2007, elle remporte le Prix Albert Londres pour son film tourné au Sri Lanka « Muttur : un crime contre l'humanitaire » (52 minutes). Anne a souvent filmé les traumatismes des situations « ni paix ni guerre » au Moyen- Orient, au Cambodge, en Afrique. Sa récente filmographie comprend « Le génocide du IIe Reich » (52 minutes, 2013) sur le génocide oublié en Namibie et « Bienvenue au Réfugistan » (2016) sur les camps de réfugiés, sélectionnés dans une douzaine de festivals documentaires européens. Avec « Mon pays fabrique des armes » (73 minutes, Talweg, 2018), elle se tourne désormais vers la France et son industrie d'armement. S'étant toujours intéressée aux zones grises des après- guerres, elle revient cette fois aux origines des conflits et tente, par le prisme du tabou existant autour de cette industrie, de questionner la politique française d'exportation d'armes.