LE “FEU SACRE” AU CINÉMA

Le documentaire de Eric Guéret qui a reçu le GRAND PRIX DU FIGRA plus de 40 minutes sortira en salle de cinéma Mercredi 21 Octobre.
La production Bonne Pioche, le réalisateur et le distributeur avaient lancé une campagne de crowdfunding pour permettre la diffusion en salle du documentaire.
>> ici le resultat du Crowdfunding sur Kisskissbangbang
Félicitations pour ce pari réussi.
Bonne projection à tous !

actu-feu-sacrée

Voir un extrait >> ici

Que raconte le Feu sacré ?
En novembre 2017, l’aciérie Ascoval est placée en redressement judiciaire. La direction et les 300 salariés de l’usine ont une année pour la rendre compétitive, trouver un repreneur et sauver leur emploi.Le réalisateur Eric Guéret suit ce combat en immersion, au plus proche des ouvriers, des responsables syndicaux et de la direction.Sensible et solidaire, il filme les débats, les découragements, les compromis, les espoirs et toutes les luttes nécessaires à la sauvegarde de l’entreprise.
Une vraie leçon de courage
Sous l’œil et la caméra d’Éric Guéret, ouvriers et dirigeants livrent des témoignages empreints tour à tour de colère, de peur mais surtout d’abnégation. Une véritable réflexion sur le sens du travail.
Le symbole d’une lutte bien plus vaste
Une bataille, symbole d’une lutte bien plus vaste, celle de la désindustrialisation française. C’est un exemple parmi d’autres d’une politique industrielle qui vacille, celle d’une région minée par le chômage et les reconversions, celle aussi d’un fleuron de la sidérurgie déconsidéré et de métiers d’exception concurrencés par la mondialisation.
Pourquoi accompagner ce film au cinéma ?
L’objectif pour nous, réalisateur, producteurs et distributeur est de convaincre les exploitants de salles de cinéma de projeter ce film. Et pour cela de les convaincre de l’intérêt du plus grand nombre à se déplacer et pour découvrir le film et le combat incroyable de ces salariés. Ce documentaire qui oscille entre tragédie, thriller politique et enquête se doit d’être connu du plus grand nombre. Pourquoi ? Car il est le reflet, beau et émouvant, de notre société et de ses difficultés. Le combat des aciéristes d’Ascoval peut résonner auprès de chacun. Leur résilience est un formidable exemple qui pourra donner espoir à tant de monde qui se bat au quotidien. Éric Guéret a capté la parole de ces artisans de l’acier rarement relayée et qui sont soudés par les circonstances. Immergés dans cette course inexorable d’un an, ils passent par toutes les émotions : moments de doute, de lassitude, de colère mais aussi d’espoirs. Fiers de leur savoir-faire, ils se livrent avec courage dans leur combat haletant fait de sacrifices et ponctués de rebondissements qu’il faut à chaque fois surmonter.

Le témoignage du réalisateur